Le « Folk » se ravive à la mission Bretonne

Nous avons assisté, le dimanche 14 janvier 2018, à l’enregistrement public intitulé « Abiyoyo et les autres contes », de Dominique Maroutian à la Mission Bretonne, Paris XIVème. DM

Dominique Maroutian est né en 1946 de parents comédiens. Son enfance est bercée par les chansons et les histoires que sa mère et sa grand-mère lui racontent et lui chantent. Son père est un metteur en scène et acteur connu. Tout jeune, sa belle voix d’enfant lui vaut quelques succès. . En 1962, un ami, de son retour d’un voyage en Angleterre, luis rapporte trois disques, ceux de Pete Seeger, Bob Dylan et Joan Baez en plus de deux manuels : « How to play the five string banjo » et « The Folksinger’s Guitar Guide » de Jerry Silver et Pete Seeger. Dès lors, son destin musical est scellé. Par la suite, il obtient sa première guitare à l’âge de 20 ans, et devient en même temps directeur d’école.

Après une petite interview avec lui, nous avons su qu’il écrit tous ses textes, certains sont adaptés des chansons de Pete Seeger et traduits en français et d’autres sont inventés par lui-même. Sur scène il joue de la guitare, de l’harmonica, du banjo et de l’ukulélé. Pendant sa vie, il a participé à l’apparition de plusieurs groupes musicaux, comme : « les Easy Dodgers », « L’Incredibly Strong Band ». En 1968, il a fait partie des fondateurs de l’association Le Bourdon, premier folk club en France.


Le saviez-vous ?

Le terme « Folkmusic » vient d’Angleterre où le mot allemand « Volk », qui veut dire « peuple », a été repris, et l’on a utilisé pour désigner la catégorie populaire de la population, constituée de nombreux illettrés qui, incapables d’écrire des livres, faisaient circuler leurs messages et leurs histoires dans des chansons. Par la suite, le mot « Folklore » a été introduit dans la langue en 1846. Il définit l’ensemble des productions collectives émanant du peuple et qui se transmettent d’une génération à l’autre par voie orale, que ce soit de la musique, des récits ou des croyances…

Par contre, la musique folk, d’inspiration traditionnelle, existe depuis des centaines d’années. Josef Haydn et Beethoven sont deux fameux compositeurs qui faisaient de la musique folk. Mais c’est vrai aussi que ce genre musical n’a pas eu de réel succès avant le XXème siècle. À partir des années 60, le rock ayant perdu son influence, un nouveau public découvre le folk. C’est à cette époque ainsi que la musique dite « engagée » ou « contestataire » devient populaire, dans laquelle les chanteurs folks chantent contre le capitalisme, la guerre du Vietnam et toutes les discriminations aux États-Unis (la Ségrégation). En effet, aucun rythme, aucun sujet ni aucune instrumentation particulière n’est propre au folk, mais aujourd’hui le folk désigne davantage la musique acoustique. Au-delà de l’aspect musical, le folk est aussi un mode de vie, une façon de penser différente. Les plus grands chanteurs de l’histoire de la musique folk sont : Pete Seeger, Bob Dylan, John Denver, Woody Guthrie et de nombreux autres.


MrsAlAAwar

Une réflexion sur “Le « Folk » se ravive à la mission Bretonne

  1. SugArmYungi 19 janvier 2018 / 13 01 55 01551

    J’ai été très étonnée par cet article, MrsAlAAwar, je n’ai jamais écouté du Folk jusqu’à présent car j’avais certains préjugés concernant ce style musical, mais j’ai appris beaucoup de chose en lisant ce que vous avez écrit…
    J’ai une image différente du Folk à présent, grâce à vous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s